samedi 9 juillet 2016

book review | Matthew Quick : pardonne moi, Leonard Peacock. đŸŽđŸ”«đŸ’“

Pardonne moi, Leonard Peacock
Matthew Quick
Editions Robert Laffont

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Leonard Peacock. C'est aussi le jour oĂč il dissimule une arme Ă  feu dans son sac. Parce que, c'est dĂ©cidĂ©, il va tuer son ex-meilleur ami, puis lui-mĂȘme, avec le P38 ayant appartenu Ă  son grand-pĂšre. Mais il doit tout d'abord faire ses adieux aux quatre personnes qui ont le plus comptĂ© pour lui : Walt, son voisin littĂ©ralement obsĂ©dĂ© par Humphrey Bogart, Baback, un camarade de classe violoniste virtuose, Lauren, la fille de pasteur dont il est amoureux, et Herr Silverman, qui enseigne l'histoire de l'Holocauste au lycĂ©e.
Leonard va parler à chacun d'entre eux, révélant progressivement ses secrets tandis que l'heure tourne et qu'approche le moment de vérité. Explorant sans fausse pudeur les choix impossibles auxquels Leonard se retrouve confronté, Matthew Quick nous offre une perspective unique sur une journée de la vie d'un adolescent perturbé.

• • •

Sur un coup de tĂȘte, encore une fois, j'ai dĂ©cidĂ© de lire Pardonne moi, Leonard Peacock de Matthew Quick. Je pensais me garder cette lecture pour la fin de l'Ă©tĂ© mais, comme vous pouvez le constater, je n'ai pas attendu. Et ce roman a Ă©tĂ© une petite surprise, Ă  plusieurs niveaux. Je ne m'attendais pas Ă  une histoire comme celle-ci, encore moins aussi rapide Ă  lire.

"Tu es diffĂ©rent. Moi aussi. Et c'est une bonne chose d'ĂȘtre diffĂ©rent, mais c'est aussi trĂšs dur. Crois-moi, j'en sais quelque chose."

Tout d'abord, Leonard, le personnage principal de l'histoire, est assez perturbĂ©. On ignore pendant longtemps pourquoi il veut Ă  tout prix assassiner son ancien meilleur ami et, surtout, se donner la mort lui-mĂȘme. Je dois avouer que le premier tiers du roman m'a laissĂ© perplexe. Je m'attendais Ă  une lecture explosive, et je n'y Ă©tais pas. Je n'arrivais pas Ă  ressentir d'empathie pour Leonard. Je trouvais le systĂšme de notes de bas de page explicatives parfois amusant mais tout de mĂȘme un peu gĂȘnant.

Toutefois, le roman se lit vraiment trĂšs vite, c'est dingue ! Et, j'ai envie de dire, heureusement qu'il se lit vite, car le premier tiers ne m'emballait pas plus que ça, alors que la suite en valait vraiment le coup. L'Ă©paisseur de mon livre m'a laissĂ© penser qu'il y avait au moins 400 pages en fait, mais il est plus court et le rythme est soutenu. C'est assez normal puisque l'action principale se dĂ©roule sur un ou deux jours (si je me souviens bien) et des flashbacks viennent s'intercaler dans le rĂ©cit pour que l'on comprenne pourquoi Leonard s'apprĂȘte Ă  commettre ce geste irrĂ©parable. Et, quand on comprend, quand, tout Ă  coup, Leonard rĂ©vĂšle la raison qui le motive Ă  agir alors qu'il ne disait rien depuis si longtemps, j'ai Ă©tĂ© parcouru d'un frisson. Je ne m'attendais pas Ă  ça, du tout.

Les histoires que raconte Leonard m'ont beaucoup plues, en particulier car les personnages dont il parle (qui sont cités dans le résumé) ne sont pas de simples ébauches mais sont bien travaillés, et qu'on comprend l'importance qu'ils ont pu avoir dans la vie de ce garçon. Il y a également une grande diversité qui se reflÚte à travers eux. En y repensant, je me dis que Matthew Quick pourrait facilement écrire de nouveau ce livre en utilisant les points de vue de ces quatre personnages secondaires, je trouverais ça vraiment intéressant !

Et, d'ailleurs, toujours dans cette idĂ©e de points de vue diffĂ©rents, l'histoire est Ă©galement entrecoupĂ©e de lettres venant du futur. Au dĂ©but, je ne comprenais pas du tout d'oĂč elles venaient mais, mĂȘme quand j'ai su ce qu'elle Ă©taient, je ne leur ai pas trouvĂ© un grand intĂ©rĂȘt. Ces quelques lettres sont Ă©crites pas des personnages liĂ©s Ă  Leonard, mais dans le futur. ProblĂšme : je n'ai pas trouvĂ© qu'elles aidaient Leonard dans le prĂ©sent. Je me demande alors si je suis passĂ©e Ă  cĂŽtĂ© de quelque chose...

J'ai quand mĂȘme passĂ© un trĂšs bon moment avec ce roman ! C'est une histoire percutante et assez inattendue avec une plume fluide et trĂšs rythmĂ©e qui donne une grande rapiditĂ© Ă  la lecture mais, Ă©galement, pas mal tension. Ça m'a permis de dĂ©couvrir l'auteur Matthew Quick, que j'aimerais maintenant dĂ©couvrir avec un de ces romans pour adultes.

4 commentaires:

  1. J'ai lu pas mal d'avis oĂč comme pour toi, les lettres n'avaient pas beaucoup d'intĂ©rĂȘt ! ^^ J'ai beaucoup aimĂ© dĂ©couvrir Ă  la fois ce roman et son auteur, Matthew Quick, et j'avais d'ailleurs beaucoup aimĂ© le film adaptĂ© de happiness therapy !

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. En fait, je me suis aperçue que je n'avais presque pas fait attention aux lettres en lisant des commentaires, du coup je rejoins ces personnes qui n'ont pas trouvĂ© d'intĂ©rĂȘt aux lettres (ce qui n'empĂȘche pas qu'elles sont sympas). J'ai aussi vu Happiness Therapy deux ou trois fois, je l'aime beaucoup. Je ne sais pas encore si je lirai le roman Ă  partir duquel le film a Ă©tĂ© adaptĂ©, mais j'espĂšre bien en lire d'autres de cet auteur en tout cas !

      Supprimer
  2. J'ai vraiment trĂšs envie de lire ce livre

    RĂ©pondreSupprimer
  3. J'avoue que j'ai eu beaucoup de mal à le lire et notamment le début qui fut assez houleux. Je n'en garderai pas forcément un souvenir impérissable.

    RĂ©pondreSupprimer